Accueil > Le tri sélectif : Une heureuse initiative à l’actif de l’APC de Bougaâ

Signaler au modérateur

Certains commentaires publiés pourront parfois échapper à la modération. Nous vous prions de nous signaler à travers ce formulaire un commentaire qui vous semble génant.

Voici le message que vous voulez signaler :

Salim : Je suis d’accord sur l’idée de fond. Seulement apprendre les gens le BABA ne signifie pas les déresponsabiliser et encore moins leur faire croire que cette action aidera à préserver l’environnement dans lequel ils vivent. A mon sens, le tri sélectif est d’abord une politique locale ou nationale qui doit assurer une chaîne de valeur écologique, depuis la collecte jusqu’aux produits semi-finis en passant par le processus industriel de tri et de transformation. Cela signifie que tous le processus doit préserver l’environnement et qu’il ne devienne pas source de pollution à son tour. Un centre d’enfouissement n’est pas l’idée à retenir. Je ne parle même pas des eaux usées, que doit-on en faire ? Si on veut faire de la pédagogie sur la préservation de l’environnement, il faudrait apprendre aux gens les vertus de la récupération, consommer intelligemment limite les déchets. Il faudra également leur apprendre l’importance d’un espace vert en les incitants à en créer par le reboisement de certains espaces publics. Il faudra les mobiliser pour des opérations de nettoyage des bois ou des rivières. Il faudra agir contre les pollueurs en mobilisant l’opinion via des actions collectives. Plus simplement, des campagnes de médiatisation permettraient d’amorcer ce genre de processus. Je pense que les solutions que j’énumère sont du domaine du possible et du faisable même si on est encore loin des normes des pays occidentaux. Cordialement.

Quelle est la nature du problème ?

Merci d'indiquer ci-après que vous n'êtes pas un robot