Accueil > Sétif profond >

Draa Kébila : Oued Bousselem en danger du fait de la pollution

mardi 24 janvier 2012, écrit par : Rachid Sebbah, Setif Info, mis en ligne par : Boutebna N.

En effet, le 22 janvier 2012, au niveau de la commune Draa Kébila, la couleur de l’eau de la rivière Bousselem est devenue complètement marron à cause des déchets liquides qui seraient déversés par certaines huileries implantées dans les localités avoisinantes. Le degré de pollution atteint ce jour-là est tellement élevé que cela ressemble étrangement à une marrée noire.

Les services de l’environnement au niveau de la daira de Hammam Guergour, alertés, se seraient déplacés immédiatement pour faire un constat de la situation.

Ce genre de pollution se reproduit chaque année sans que cela n’inquiète personne. Pourtant, pour installer une huilerie, l’opérateur doit au préalable obtenir l’agrément des services de l’environnement qui imposent des conditions strictes et rigoureuses. Est-ce que des contrôles périodiques sont opérés ? Comment expliquer que cela se répète à chaque campagne oléicole ?


Par ailleurs, il n’y a pas que les rejets d’huileries qui polluent la rivière Bousselem. On y trouve aussi des déchets ménagers et manufacturiers, des produits chimiques, etc.

Cette catastrophe met en danger la faune et la flore de la rivière Bousselem. Et ainsi, on assiste à la mort programmée de cet important cour d’eau tant pour les hommes que pour les animaux qui vivent aux alentours. Cela met en danger aussi l’élevage en général (abeilles, ovins, caprins, bovins et autres animaux domestiques et sauvages).


Il ne faut pas oublier que beaucoup de villages de la commune Draa Kébila sont actuellement alimentés en eau potable à partir de puits forés tout près de Oued Bousselem. Est-ce que les services concernés ont procédé à la vérification de la qualité de l’eau de ces deux puits après cette pollution ?

Il est à faire remarquer aussi, qu’il n’y a pas si longtemps, cette rivière était la source de vie des riverains ; ils s’alimentaient en eau potable tant pour leurs besoins personnels que pour leur bétail et pour irriguer les jardins et vergers qui la bordaient. Aujourd’hui, plus rien de tout ça.

Enfin, il est tant que des mesures strictes soient mises en œuvre pour protéger Oued Bousselem et ses riverains des effets néfastes de la pollution à outrance qu’il subit tout au long de l’année.

L’amélioration des conditions des citoyens riverains passe aussi par la préservation durable de l’environnement. Il est tant que citoyens, associations et administration se préoccupent davantage de l’environnement avant qu’il ne soit trop tard. Il est également utile d’instaurer un observatoire permanent de surveillance de pollution afin de prévenir ces catastrophes générées par les actes de l’homme.



Partager cet article :
12 commentaire(s) publié(s)
SOS Labass :
Ya que oued Bousselam qui est en danger ?
samy chergui :
suite a votre article sur la polution qui n’est pas un phénomène nouveau, vous pouvez voir aussi dans la commune de rasfa bien au centre dans le sud des stations de lavage bien plus grave des hydrocarbures directement dans les ravins que personne des responsables de la APC ne s’inquiete de se danger. merci au wali
Commentaire n°121051 :
Plusieurs projets en vus le jour, subventionnés par la wilaya et même l’europe, où est l’argent et l’impact de ces projets
hadj ahmed :
Merci Monsieur Rachid Sebbah pour votre article qui constitue une véritable sonnette d’alarme contre le danger écologique que court cette rivière stratégique et que personne apparemment ne veut prendre au sérieux ni prendre en charge . L’importance de votre alerte doit interpeller tout monde, du simple citoyen à la Puissance Publique en passant par les associations. Nous vous serions reconnaissants, si vous pouviez faire un suivi de cette affaire nous tenir informés. Encore merci et Salam à vous et aux hommes de bonne volonté !
Commentaire n°121071 :
Pourquoi Dra Kebila puisque l’ Oued Boussellam est pollué dans tout son parcours !!
bichou :
L’Oued qui coulait à flot était riche en flore et en faune. Depuis plus de 3 décades que le mal est fait. La forêt dense qui s’étalait de Fermatou à DIROU est restée presque nue, et le ruisseau qui la traversait est transformé en égout, vu que les eaux usées de tout KAABOUB , FERMATOU, BELAIR et j’en passe y déversent. Oued Bousselam lui même faisait la joie , d’un côté, des enfants qui chaque été de tous les coins de la ville allaient s’y baigner ou pêcher, et de l’autre côté , celle des animaux qui s’y désaltéraient sous un soleil de plomb. A vrai dire, cet accabit d’ignorants ont contribué au changement néfaste du système écologique que le colonialisme francais a du instaurer selon la loi de la nature humaine et que le 3Araben morveux, sale, méchant et criminel, sauf le respect de certains, a du bousiller en un clin d’oeil. Que voulez-vous, il faut des années et des années pour recouvrer tout ce gachis. si on commence à réparer le mal dès aujourd’hui. Adieu Sétif El 3Ali ! Moi j’y crois (...)
tintin 130 :
Toute l Algérie est polluée !!!!!!et on ferme les yeux !!!!
Said ZIRMI :
Je rejoinds Bichou, sur ces écrits, à Audurou, je me souviens c’était en 1971 j’avais visité avec mes parents le village de Audurou, lieu ou ma mére ést néé et ou elle avait passé son adorable enfance. que de saccage... fait par les ..... ma mére en pleuré, plus de fleurs, plus de fruits, plus de légumes, plus d’animaux, plus de verdure, et de moins en moins d’eau, la maison de mes grand parents n’existait plus, c’est honteux ! la sois disant révolution agraire... retroussé vos manches ! au lieu de passé votre temps dans les cafés à parler de je ne sais quoi.
le roi dagobert :
Notre maire est un enarque,cultivé,mais depasse par les evenements.A oued bousselem des chanps sont arroses par ces eaux nauseanbondes sans que ce rais el baladia ne bouge le petit doigts.Je ne crois plus en rien.
ZIRIDECU :
Cela fait longtemps que la poisson a disparu de l’oued Bousselam ! cela fait longtemps qu’on ne se baine plus dans ’’ses gueltas aux eaux limpides’’ en été. C’est à lexemple des autres secteurs où rien n’est resté debout ! jetez un coup d’oeil dans le barrage de Kherrata et dans le port de Bejaia ! c’est lamentable.
charaf merouche :
et dire que mon pére quon il était jeune nagé dans se quil réste de cette riviére polué maintenant.bousselem
ben ali :
un pays d’assisté !!! il faut que bouteflica surveille l’oued bousselam maintenant !! il faut aussi qu’il ramasse les os de poulet sur les plages , qu’il ramasse le verre cassé des bouteilles de bieres que nous jetons par la fenetre de nos voitures en pleine nature ... jamais personne ne se demande ce que l’on peut faire nous ,seulement ce que l’etat peut faire !! deja commençons l’endroit que nous occupons propre ensuite on pourra exiger une legislation.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus