Accueil > Sétif profond >

Djemila : Une jeune fille agressée par un aliéné mental

mercredi 2 juin 2010, écrit par : Khalil.Hedna@setif.info, mis en ligne par : Boutebna N.

Un malade mental très connu dans la ville de Djemila qui rodait dans le souk hebdomadaire de la ville a tout de suite été pris de mal et commencé à jeter des pierres sur les passants avant de prendre une hache d’un vendeur de ferblanterie qui étalait sa marchandise, une jeune fille, âgée à peine de 14 ans ne s’apercevait pas que le malade, arrivait en sa direction, reçoit un sévère coup de hache sur la tête la mettant K.O sur le trottoir pour se retrouver avec une sérieuse plaie sur le crâne. En quelques secondes, la fille complètement évanouie, se trouve dans une mare de sang.

Rapidement secourue par les particuliers, elle était évacuée vers les urgences du CHU de Sétif. Le malade lui a pris la fuite avant l’arrivée des policiers. On n’est pas à la première agression du genre, car le problème de la prise en charge des malades mentaux qui errent sur la voie publique demeure toujours posé.


Partager cet article :
6 commentaire(s) publié(s)
KHALI :
Nos élus locaux se disputent l’octroi des marchés, la distribution des logements sociaux, faire des affaires , tournent le dos devants les maux sociaux come les malades mentaux et ce devant la fuite de responsabilité des parents de ces derniers , la proliférations des lieux de décharges publiques, l’isalubrité l’amélioration des conditions de vie du citoyen . devant ces comportements codamnables , il est normale qu’il y aura mort d’homme, disputes et atteintes de maladies tel que le diabète, le stresss et autres maux sociaux à l’image de la prostitution et la vente de la drogue deavant les établissement scolaire du primaires de surcroît

Réponse de el eulmi Azzouz :

JE suis entierement d’accord avec le comentaire de (khali).Jai séjourne dernierement a EL eulma et ses environs j’etais surpris par l’ampleur de la course aux profits ;la transformation de la ville en champs de bataille:des chantiers partout,des maisons qui poussent comme des champignons.A cote de ça,vous avez des immeuubles nus ,sans ravallement,ni beaute exterieur.des sacs plastiques pleins les champs ,a la place des oiseaux qui ont fui vers d’autrs cieux.Dans les rues quelques malheureux surement malades,errent de long en large sans que personne ne les regarde .Conclusion:l’argent ne fait pas le bonheur ,quand on est malade
belle :
nous ne devons pas les appeler des malades mentaux, mais des handicapés mentaux, comme ça ils auront toutes les assurances , c’est malheureux, mais la pauvre fille n’est pas la 1ére ni la dérnière, dans cette histoire, qui est le fautif la pauvre fille ou le pauvre handicapé ou peut être c’est la faute à l’état qui n’a jamais bougé d’un pousse pour abriter ces alliéné mentaux.

Réponse de Zinzin :

Les handicapés mentaux comme vous avez aimé les appeler sont partout,dans la rue,dans les administrations,dans les écoles....

Réponse de denguedengue. :

Bonsoir, chez nous on ne donne aucune importance à l’etre humain. Les handicapés sont abandonnés à eux-même, soit les handicapés mentaux ou physiques, aucune prise en charge par l’état......comment voulez-vous que ce genre d’accidents n’arrivera pas....!!!!!!!!!!!!!!
facile :
monsieur on dit : rôdait et non rodait car le verbe roder veut dire autre chose ( la voiture est en rodage par exemple)merci pour l’article.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus