Accueil > Sétif profond >

Portes de fers ou portes du bonheur

lundi 30 mars 2009, écrit par : A Nedjar, Sétif Info, mis en ligne par : Boutebna N.

ans le magnifique et majestueux décors des gorges des portes de fers se dresse une curiosité de la nature. Juste au dessus du nouvel et imposant viaduc en construction devant relier les deux rives ; se manifeste une curiosité de la nature .Elle est plantée dans un véritable « livre géologique » grandeur nature ou vous pourrez lire une belle histoire de la vie de notre terre datant de l’ère tertiaire ou les strates visibles ont pris ces formes verticales ou en « draps de lit » pour étaler visiblement et clairement ces bouleversements pour la formation des alpes.

La curiosité que tout le monde peut observer de la route, se présente sous la forme d’un énorme rocher juché sur le flanc de la montagne. Ce rocher aux contours d’un véritable moine ou cheikh, selon l’imagination, est habillé d’une cape ou d’un burnous. Dans la pénombre du crépuscule ou de l’aurore cette curiosité prend une autre dimension plus vivante. Ce cheikh tient certainement dans sa main une clef .Dans un geste délicat, il tente d’ouvrir la montagne. C’est la clef du bonheur de devoir traverser cette région surtout en cette période de printanière.

Juste derrière, à ses pieds, il est péniblement suivit par un de ces animaux préhistoriques rampant ou un crapaud géant qui peine à escalader ce flanc de montagne escarpée

De part et d’autre, dans cet grand étalage des montagnes de la chaîne des Bibans,la nature reprend tous ses droits .Alors n’hésiter pas un instant à vous y attarder un moment car chaque arbre, chaque pierre,chaque ruisseau aura certainement une petite histoire à vous raconter au bonheur de vos enfants qui seront certainement émerveillés.

Amis lecteurs, si vous découvriez ou vous connaissez une de ces curiosités de la nature,faites nous en part pour faire pour leurs publications et pour faire profiter tous le monde


Partager cet article :
21 commentaire(s) publié(s)
Commentaire n°25997 :
GRAND MERCI POUR CE RECIT ET CETTE BALLADE
Mous - tique :
allez savoir pourquoi beaucoup d’algériens sont convaincus que ce rochet sculpté ( peut être ) par la nature,représente l’émir Abdelkader . Pourquoi pas !? sa tenu vestimentaire était comme présentée par l’auteur de l’article , en plus je crois qu’il est bien passé par la en 1940 .
Commentaire n°26010 :
mon anegdote a moi : c est la periode ou j ai contribuer a la realisation du gazoduc qui traverse (LES PORTES DE FER)il mavait conseiller de faire tayou de ce bled et il ne s est pas tromper merci a ce rocher
BOUZID :
MAZEL TAMNOU BEL GHOULA PAUVRE GRANDS ENFANTS AMICALEMENT

Réponse de YOUGHOURTA :

Je reviens pour vous faire part d’une anecdote qui m’a été racontée ; il parait qu’en contre-bas de ce rocher il y a au petit matin l’apparition d’une forme féminine qui s’évapore dans la nature sitôt qu’on l’approche... beaucoup de taxieurs ont confirmé cette vision qui ne se manifeste qu’au moment de la prière du SOBH

Réponse de braidji :

..keyen menha , l histoire et je dis bien l histoire de la femme qui se met debout la nuit au bord de la route nationale 5, aux portes de fers, et ca date de 25 ans cette histoire, peut etre que cette pauvre dame et trop vielle - ou ce fantome- maintenant pour avoir des forces de sortir le soir...lol. tt pas mal de taxieurs de la regions de bordj en parleer a l ’epoque,on disant - iguoulou ye kouya anna mecheftech- bref, passant aux serieuses, mrs et bravo mrs nedjar pour cette poésie, ce jolie texte, cette amour de la nature, de l’ecologie, de la geologie. heureusement qu y a des gens comme toi, eyyyyyyy el baki rahi habsset ekoul, essidi ca fait plaisir

Réponse :

C’est drôle,cette femme court vite et voyage beaucoup .On l’a vu du coté de Barika comme à Biskra ou à Bitam.Maintenant ,elle a émigre du coté du barrage de Ain Zada où elle prend ses bains le soir tombant.Elle drague les chauffeurs solitaires qui s’y aventurent en bord de l’eau.Elle n’a pas pris de l’age comme vous le dites
YOUGHOUTA :
Merci Nedjar , vraiment sublime et permettez moi de vous remercier et de vous souhaiter bon courage et bonne continuaton
setifien :
Ce n’est que votre imagination.

Réponse de A Nedjar :

Oui,une imagination débordante au point ou vous imaginez que ce n’est rien.effectivement ce n’est qu’un innocent rochet sculpté par la nature à la forme que vous voulez lui donner.Même les bêtes ont de l’imaginaire.Qu’est ce que vous voulez ?C’est d’être peut être ce rochet inerte ? sans imaginations ?

Réponse de setifien :

Assalamou alaïkoum. Vous meritez de la reconnaissance pour votre imagination.Ce n’est pas dans mes intentions de vous vexer. Vous pouvez même donner libre cours à votre imagination .Vous au moins vous avez un esprit éveillé.Meilleurs salutations.Salem

Réponse de A Nedjar :

Un innocent rocher comme vous pouvez le préfigurer qui gagnerait à être connu , conservé et protégé pour témoigner de la vitalité touristique future de la région .Il est bon d’ajouter les légendes qui l’entourent pour plus d’attrait car ,se faisant, c’est notre histoire que nous traçons à travers le mystique , le mystère ou bien les anecdotes qui l’entourent. De nos jours les réveils sont assez durs.Les portes de fers étaient aussi les limites du territoire moderne de l’Emir Abdelkader
MASSINISSA :
monsieur nedjar, le pauvre YOUGHOURTA n’a rien dit de mal. il parle d’imagination et puis ? Alors ne commentez pas les commentaires vous commentant ! non ? suffisez vous de leur prise en charge
citoyenne :
Magnifique ! Superbe cette image qui me met les larmes aux yeux. Gravée dans nos mémoires, nous avons toujours appelé ce rocher scupté par l’érosion Le Moine en prière. Lorsque l’on arrive aux portes de fer en venant d’Alger nous avons toujours une pensée pour El Mokrani qui s’y est battu comme un lion pour défendre notre région au prix de sa vie. Nous traversons ce paysage féérique avec bonheur malgré ses virages dangereux. Lorsqu’on le dépasse, grâce à cette clé dont j’entends parler pour la première fois, les porte nous sont ouvertes, la route devient plus facilement praticable et nous découvrons à perte de vue l’étendue de nos hautes plaines. Nos coeurs s’ouvrent avec une sensation unique, jamais vécue ailleurs, c’est l’arrivée à Sétif El 3ali, puis le retour à la maison. Souvent un retour d’un pays lointain pour la plupart d’entre nous. Merci Khalil pour l’émotion. (...)

Réponse de Didine :

Citoyenne avait tellement les yeux embuées qu’elle n’a pas vu que ce n’est pas Kalil qui est l’auteur de l’article.
staifi/noceen :
Aprés le massacre à la plénitude du Parc national d’El Kala et avec tous les désagréments futurs pour la faune et la flore voilà que l’on agresse le paysage visuel de ce site , par le passage de l’autoroute est-ouest . En d’autres lieux , c’est une atteinte à la beauté et une dégradation de la nature environnante . Mais il est vrai que dans un pays ou l’on arrive pas à faire pousser de l’herbe ( le Temple du 5 Juillet en est l’exemple ) et où l’Université se suffit des mémoires et thèses presentés dont l’origine est le fameux copier-coller , plus rien n’étonne et fait de nous des inconscients en puissance .... Je tairais le reste et que Allah ait pitié de nous !! Cordialement ,
H’mimi :
Votre article ne commence pas au commencement mon frère Nedjar. Avant de croire aux diables aux anges et autres anecdotes, et puisque vous nous invitez à aller visiter, nous voudrions savoir où est située cette place des portes de fers. Est-ce à Sétif et donc où ? Est-ce à Biskra s’agissant des Bibans si ma mémoire est bonne ? Ce n’est pas évident lorsqu’on n’est pas sur place !

Réponse de Ghani de BBA :

Si vous avez bien lu ,l’auteur évoque bien la situation géographique du site en parlant dans le dernier paragraphe des Bibans. Celui ou celle qui ne connait pas les Bibans et les portes de fers ne connait pas la géographie de l’Algérie.

Réponse :

Monsieur H’mimi confond certainement les Bibans dans la wilaya de BBA et les Zibans à Biskra

Réponse de H’mimi :

C’est gentil de répondre surtout à quelqu’un qui vit loin de chez lui, mais j’imagine que notre ami Nedjar n’écrit pas pour les connaisseurs de la géographie ; ils découvriront quoi, si non ? Ok, cela fait un bon bout et la mémoire nous joue des tours. Il s’agit donc de cette chaîne aux curiosités plutôt géologiques que géographiques. En la traversant de passage vers la capitale, notamment ces gorges entre Bordj et Mechdallah, j’avoue en avoir gardé les souvenirs des dangers de la circulation et « autres risques d’y laisser sa peau », plutôt que la pâleur d’un paysage dénudé et monotone. Mon vieux père se réjouissait à me raconter les contours de son espace temps. Ce que je retiens de nos hauts plateaux, c’est cette magie captivante que nous offre la vue Ouest de Sétif et alentours, au moment du crépuscule. On dit même que les cigognes viennent y faire leur prière du Maghreb. Mais tomber à un moment de crépuscule dans cet endroit géographique que vous nous décrivez, je ne suis pas sûr de le souhaiter. Les (...)

Réponse de H’mimi :

Mémoire des noms, oui, mais je ne risque tout de même pas de me tromper de destination dans mes balades touristiques ! Pour ceux qui peuvent être enchantés par le tourisme à BBA, je souhaite un bon séjour et un retour sains et saufs !

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus