Accueil > Sétif profond >

Rencontre régionale sur la gestion des lycées : Les mises en garde du ministère

mercredi 24 décembre 2008, écrit par : Nabil Lalmi El Watan, mis en ligne par : Boutebna N.

a direction de l’Education de la wilaya de Sétif a abrité, dimanche dernier, les travaux des proviseurs de lycées des wilayas de Biskra, Bejaïa, M’sila, Bordj Bouarréridj et Jijel. Ceux-ci portent sur la gestion pédagogique au niveau des établissements du cycle secondaire, entrant dans le cadre d’une série de six rencontres régionales organisées par le département de Benbouzid.

L’inspecteur général, délégué par le ministère de tutelle, a rappelé aux participants les efforts consentis par le département, dans le cadre des réformes entreprises, et a appelé les proviseurs à améliorer la gestion pédagogique dans leurs établissements. Pour ce faire, les représentants du ministère ont préconisé les ingrédients nécessaires devant rendre cette tâche aisée. Benrabeh Benmira, inspecteur général du ministère, s’adressant aux proviseurs, fera ces recommandations : « Passer périodiquement dans les classes, être proche des élèves, réactiver les associations de parents d’élèves, les impliquer dans la gestion de l’établissement, ouvrir les portes du dialogue avec les professeurs et les délégués représentants des élèves, participer à la formation du personnel en présidant les conseils et les réunions de coordination ».

Et de renchérir : « Le directeur qui ne se sent pas le père de tous les élèves de son établissement n’a pas le droit de dire qu’il est un bon gestionnaire pédagogique ! » Par ailleurs, dans sa lettre, le ministre de l’Education a indiqué qu’après l’accomplissement des réformes, l’ouverture de nouveaux établissements et l’installation des nouveaux programmes, la lutte pour l’amélioration de la qualité de l’enseignement a commencé. Boubeker Benbouzid, qui a été très clair dans sa missive, n’a pas écarté le recours aux sanctions contre les directeurs qui feraient preuve de mauvaise gestion. En outre, 200 élèves de terminale, ayant obtenu 13/20 ou plus de moyenne, se trouvent, depuis samedi, au lycée Malika Gaïd de Sétif. Des cours de soutien pour les classes d’examen.

Nous avons, en effet, appris des responsables de la direction de l’éducation que depuis l’année scolaire 2006/2007, l’initiative a été prise de regrouper les meilleurs élèves de terminale dans un lycée du chef-lieu de wilaya, sachant que cette opération « inédite » a donné ses fruits ces deux dernières années : Sétif a été classée première au niveau national en nombre de lauréats. Le directeur de l’Education expliquera, dans ce sens : « Nous estimons que cette opération a donné des résultats satisfaisants. Elle regroupe, durant la 1ère semaine des vacances, les meilleurs élèves pressentis pour être les lauréats de la prochaine session du bac. Ce n’est pas pour des cours de maths ou de physique, mais pour les initier à la gestion du temps, à la lecture des sujets pendant l’examen et leur apprendre à trouver la formule idoine pour aborder les sujets ; c’est une préparation psychologique ».

Il ajoutera que les élèves seront encadrés, durant six jours, par les meilleurs professeurs, venus des quatre coins de la wilaya. Notre interlocuteur, qui accorde une grande importance à cette opération, estime qu’elle devrait s’étendre à toutes les autres wilayas du pays. Le secrétaire général de la direction de l’Education a souligné, pour sa part, qu’en parallèle de cette opération, tous les établissements de la wilaya sont ouverts pour des cours de soutien au bénéfice des élèves des classes d’examen. A ce sujet, il serait utile de rapporter les propos des enseignants et des parents d’élèves sur la manière expéditive dont sont pris en charge ces derniers : « Une ou deux heures de cours, dits de soutien, peuvent-elles apporter quelque chose à un élève ayant accumulé des années de retard dans sa scolarité ? Est-il vraiment utile de rassembler ainsi 62 potaches ? » Cette activité semble être une corvée pour tous, élèves, enseignants et chefs d’établissements, y compris.


Partager cet article :
1 commentaire(s) publié(s)
tafet19 :
Arrivera-t-on un jour a faire adhérer les proviseurs et différents directeurs d’établissements à l’obligation de résultats par la signature de contrats de performances ? C’est illusoire penseront certains mais la réalité est là .Doit on poursuivre le recrutement dans la médiocrité et dans les mauvais résultats ? Ces derniers sont visibles et mesurables à travers l’accès aux études supérieures. Là où les étudiants sont désemparés et désorientés .On a coutume de dire que posséder le bac n’est pas suffisant pour faire des études supérieures .Les responsables pédagogiques et ceux des établissements doivent donner accès aux activités culturelles et sportives (uniquement encadrées) pour permettre à ces lycéens, collégiens et élevés de s’ouvrir un peu sur le monde pour qu’ils puissent s’ouvrir sur eux même. Leurs donner les possibilités et les capacités de conduire de petits projets et de les présenter surtout pour leurs permettre d’afficher de grandes assurances. C’est comme dans l’apprentissage du scoutisme où l’on vous (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus