Accueil > Sétif profond >

Une nuit avec les gendarmes : Rixes, kif et retraits de permis…..

mercredi 17 septembre 2008, écrit par : M. Ben Mohamed/ EL Watan, mis en ligne par : Bougaa

Il arrive même que leur f’tour est reporté et coïncide parfois avec le s’hour.

Il est 18h, au niveau de la brigade de Aïn Oulmène, le chef de brigade, en présence du chef de groupement, commence par donner les instructions concernant une « descente » et à expliquer le plan de l’opération. à18h 20, nous prenons la route du 1er point, la RN 28 où, à quelques instants de la rupture du jeûne, les gendarmes s’affairent à contrôler les infractions au code de la route et les opérations de contrebande rendant célèbre cette région, surtout le trafic de tabac et de voitures ; ces gendarmes sortent en ces moments, car les trafiquants pensent trouver la route libre. Un petit tour à la périphérie et l’on installe un barrage à l’entrée de la ville jusqu’à l’appel du muezzin. Jusque-là, de nombreuses infractions ont été relevées, l’excès de vitesse et la non utilisation de la ceinture de sécurité. Il a été procédé au retrait de 20 permis de conduire, l’établissement de 61 PV, comme il a été effectué l’identification de 22 individus et de 29 voitures. Après le f’tour, la circulation reprend et sur ordre du chef de brigade, le barrage est levé aux environs de 19h 15 et le convoi prend le chemin de certains lieux, connus, selon les informations en possession des gendarmes, pour être des lieux de débauche, à l’image de Draâ El Miaâd. La brigade canine fait partie des troupes. Des renseignements indiqueraient que des kiosques à tabac et des étals de cigarettes serviraient à écouler de la drogue. Devant l’état des routes, ils sont obligés d’intervenir à pied, après avoir arrêté les véhicules devant le campement de la garde communale.

Des perquisitions des étals et de kiosques permettent aux gendarmes de récupérer une arme blanche prohibée, un poignard, son propriétaire est conduit au poste. Une rixe violente entre deux familles au niveau de la cité Cherchoura nous y conduit. A notre arrivée, l’on apprend que le membre d’une des deux familles a eu des blessures à la tête et a été transféré à l’hôpital. La victime s’est empressée de déposer plainte contre ses agresseurs. Direction Biîra, un quartier réputé être le fief du trafic de drogue. Dès notre arrivée, deux jeunes sont fouillés et l’on découvre sur eux une plaquette de kif traité, des psychotropes, certains excitants et une arme blanche. A 20h 40, un accident de la circulation, sur la route de Ain Azel, nous a été signalé. Un deuxième, un troisième et même un quatrième accident sont signalés successivement. L’on a déploré 4 blessés, des enquêtes ont été ouvertes pour déterminer les causes de ces accidents. Vers 22 h, nous prenons la direction de Maâfar, Salah Bey, pour inspecter quelques lieux connus pour le trafic de drogue. De même, à Salah Bey, où ces lieux étaient déserts, la jeunesse étant occupée par une rencontre de football. A Ksar El Abtal, une bataille entre deux familles a fait trois blessés, dont deux dans un état grave, une mère et un de ses fils ont été évacués vers le service de réanimation, alors que le deuxième fils souffre de fractures au bras. Selon les déclarations du chef de brigade, la zone de Aïn Oulmène est devenue un haut lieu privilégié de la criminalité, du faux et de la contrefaçon. Il nous dévoile la saisie d’une somme de 50 000 DA en fausse monnaie et l’arrestation de 3 individus qui ont été placés sous mandat de dépôt par le procureur de la République. Avant cela, la somme de 250 000 DA a été saisie et 3 autres individus présentés à la justice. L’officier ajoute que ses éléments ont procédé à la saisie de 3000 cartouches de cigarettes Legend estimées à 1 million de dinars, ce qui a permis l’arrestation de 3 individus. Les opérations de poursuite des contrebandiers et de lutte contre la contrefaçon a permis aussi, la saisie de 19 270 sacs de chemma (tabac à chiquer) pour plus de 1 million de dinars. Trois individus impliqués ont été arrêtés. Trois voitures volées ont été récupérées, un individu possédant 2 permis de conduire dont un falsifié a été arrêté ; l’individu était recherché et est sous le coup d’un mandat d’arrêt. Le retour à la maison se fait à une heure très avancée, peu avant le s’hour. Signalons que ce genre d’opérations se déroule sur tout le territoire de la wilaya.


Partager cet article :
4 commentaire(s) publié(s)
hacene de selestat :
c est tres bien ils faut pas baiser le bras car c est comme ca quant luttera contre la mauvaise graines et je demande aux gents competants de tapez plus fort avec des pene lourde (comme ca sa servira une lecon aux autre
Commentaire n°17434 :
PAS DE PITIE POUR CETTE DELINQUANCE EN PROGRESSION . LA JUSTICE DOIT ETRE FERME . ET LA CONSTRUCTION D’UNE PRISON COTE DJEBEL MEGRESS OU AIN ABESSA OU SIMPLEMENT NATIONALE AU SAHARA EST PRIMORDIALE . PAS DE PITIEE . LE DEBOUSSSE C’EST LA VOIE DE LA REUSSITE .

Réponse de zoubir :

salam alikoum : bon travail felicitations pour le maintien de l’ordre en période du mois de ramadhan sauf si ces gens n’ont pas de travail ou des famille a charge qui font ce trafic je m’en éxuse car je me mets a leurs places, allez voir les fontionnaires si ils souffrent du mois de ramadhan ou d’acheter le mouton pour laid el kebir non ces gens sont tres heureux et hacha pas tous le monde respectant ceux qui font leurs boulot mais il y en a d’autres allez voir certains douaniers a oran ils te deman,de de l’argent direct si non on te fait souffrir mes chéres notre pays a beaucoups de mal c’est pour ça que je dis que le décalage et énorme entre le pauvre et la classe moyenne n’on parlons pas des riches c’est............le grang fossé......... saha ftour (...)
Setamir :
D’accord ! Mais pourquoi, diantre, on ne se sent toujours pas en sécurité !! Nous observons même que les choses vont de mal en pis ! Il y a dans les villes, plus précisément à sétif, comme une sorte d’abandon des services de sécurité et de l’APC qui se traduit par une nonchalance et indolence insupportable de nature à encourager l’interdit.Combien de vols d’appartements et autres n’ont pas été élucidés, combien d’amendes restent sans paiements, combien de faits sont restés sans suites, etc. Je ne voudrais pas m’étaler plus que cela. Ceci est connu au point ou la rumeur publique ,tranchante et sans appel, construit des scénarios et accusations qui ne sont pas en faveur de la crédibilité des ces institutions de l’Etat censées protéger et aider les citoyens tout en prévenant les méfaits et la criminalité. Un effort important reste à faire dans ce sens comme cela a été fait dans certains domaines (abus, bureaucratie, aménagement des carrefours etc.) et qu’il faudra poursuivre. Il reste l’incivisme qui gagne du (...)

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus