Accueil > Sétif profond >

A Sétif, un taux de réussite de 53,73% et une distinction pour l’établissement pénitentiaire

samedi 7 juillet 2007, écrit par : Abdelhalim Benyelles, La Tribune, mis en ligne par : Boutebna N.

Exclusivement cette année, ce sont des dossiers de presse comportant toutes les statistiques inhérentes aux résultats ayant sanctionné le déroulement du baccalauréat de la session 2006-2007 qui méritent d’être signalés, conformément à la nouvelle démarche administrative annoncée par le directeur de l’éducation, dans le cadre de la réforme du système éducatif, prônant ainsi la politique de la transparence et du rapprochement du citoyen grâce à la mise en place d’une cellule de communication « active », mais aussi, malgré quelques résistances basées sur les passe-droits et les privilèges établis au niveau de l’immeuble de l’académie de Sétif depuis des années.

Certains « chanceux » ont eu accès aux résultats depuis déjà une semaine. Mais c’est jeudi 5 juillet, conformément à la déclaration ministérielle, que les résultats du baccalauréat de la session de cette année ont été affichés au niveau des différents établissements de la ville à partir de 10h, dans un climat neutre. L’information étant communiquée au préalable par l’opérateur de la téléphonie mobile Mobilis. Si le taux de réussite national de 53,27% est sensiblement en hausse eu égard aux 51% enregistrés l’année dernière, celui de cette année à Sétif a été jugé d’ailleurs satisfaisant.

En matière de chiffres officiels, c’est le lycée de Beni Fouda, situé dans la daïra de Beni Aziz, qui a enregistré le taux de réussite le plus élevé de la wilaya, 69,50%, détrônant ainsi les traditionnels lauréats de Sétif ; le lycée Kerouani et Malika Gaïd se positionnent à la tête des 56 lycées que compte la wilaya. Aussi, ces chiffres font apparaître un événement unique, à savoir la participation fort remarquée de l’établissement pénitentiaire où le taux de réussite de 37,93% a été jugé encourageant, alors que l’école privée Ennour de Sétif s’est contentée de la dernière position au classement final par établissement, avec un pourcentage « réprouvant » de 27,91%. Il est à remarquer, cependant, que la filière des lettres et langues étrangères a enregistré particulièrement cette année des résultats satisfaisants, 64,71%, comparativement à la filière scientifique qui n’a récolté que 33,64%.

C’est ainsi que les appréhensions des élèves, relevées au cours du déroulement des épreuves, se sont confirmées. Les sujets de mathématiques ont été jugés trop longs, alors que ceux de physique étaient inabordables.
Enfin, ce sont les filières technique, électronique, électrotechnique, mécanique, travaux publics, chimie et comptabilité qui se sont adjugé la palme honorifique de la session de cette année. A l’exemple de la filière de comptabilité qui a totalisé 75,90% du taux de réussite.

Abdelhalim Benyelles, La Tribune


Partager cet article :
7 commentaire(s) publié(s)
Zaher de BOUGAA :
De quel BAC parle t-on ? Quand la fraude est la stratégie adoptée depuis quelques années dans presque tous les établissements nationales et quand la conscience professionnelle est dénudée de ses fondements.On parle de 50 et plus de 60%. La preuve : presque plus de la moitié des bacheliers de l’année précédente n’ont même pas pu suivre leurs études à l’université pour incapacité.Dans l’institut de langue française de Sétif les professeurs se plaignent du niveau réel de leurs étudiants:ils affirment que la majorité devait réapprendre les notions de bases de la langue qu’on apprend au cycle primaire. C’est la politique de si Benbouzid qui joue sur les chiffres pour maintenir son poste. Une fois encore c’est malheureux et c’est honteux que notre pays n’a encore pas découvert les chemins de la (...)

Réponse de stephanois :

salem à tous , en france c’est le même constat. Le bac est donné, les élèves ont un niveau faible, il faut souvent tout reprendre une fois dans le supérieur.
minouche :
Zaher vous avez parfaitement raison. Ces résultats c’est de la poudre aux yeux. La plupart des reçus sont des répétitifs.J’aimerais bien avoir une réaction des profs qui saignent les parents pour les cours particuliers et les responsables complaisants qui ferment les yeux sur les absences.
rachid :
à mon avis c’est le fruit des efforts fournis par toute la famille éducative et l’état ;seulement avec plus de suivi,d’attention,de sérieux et de moyens,on aura de très bons résultats dans notre wilaya ;qui renferme avec certitude les meilleurs cadres de toute l’algérie dans le domaine éducatif.

Réponse de didine :

de quelle noyen vous parlé je me permette de vous possé une question quelle est les moyenes fourni poure les ex bachelier rien...? alor il faut arrété de dire ninporte quoi
ziton :
Un taux de réussite au bac aussi élevé peut-il refléter, chez nous, la réalité du niveau scolaire actuel. 60%d’admis cela veut dire que presque 3 élèves sur 4 ont réussi l’éxamen fatidique. Ces futurs étudiants seront reçus à l’université, et c’est là que l’on s’apercevra du grand décalage entre le niveau d’entrée et celui exigé par n’importe quel département universitaire. la réalité, comme disait zaher, à juste titre, c’est la fraude, les interventions, le bakchiche pour certains, bien intégrés dans les centres de correction, qui donnent n’importe quelle somme afin de voir les noms de leurs progénétures rajoutés sur la liste. c’est comme ça chez, ça restera encore longtemps. Et tant que benbouzid est toujours là, bravant toutes les tempètes, jetant son ancre solidement attaché, rien ne changera. j’ai enseigné à ferhat abbes, j’ai corrigé des mémoires d’ingénieur, des magisters, j’ai assisté à des membres de jurys ( à Sétif, batna, Alger), à chaque c’est les mêmes reproches, les mêmes remarques. Heureusement que (...)
Commentaire n°4603 :
Dernière place pour l’école privée . C’est évident non . N’est-ce pas l’école qui abrite les ratés des lycées , ceux qui sont raccompagnés par leurs papa et leurs mamans dans des bagnoles super luxe , ceux qui devant la porte de l’établissement se vantent qui à le meilleur portable ( le plus chère bien sûr ) , ceux qui gràce à l’argent de leur parent occupent des places d’autrui au lieu d’être dans dans des centres de formation professionnel ,ceux qui dont les enseignants s’en foutent éperdument tant que les parents payent cher. Voyons les choses en face , un école privée est sensée abriter l’élite des élève comme cela se passe dans les pays qui se respectent. à bon lecteur salut.

Commenter cet article
الرد على هذا المقال


Derniers articles
Notre site utilise des cookies à diverses fins, notamment pour personnaliser les publicités. En continuant à utiliser ce service, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus